Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

1917, stèle aux disparus

10/03/2014 | 1917, stèle aux disparus

gouache et pastel sur papier 50x60

Vous êtes le soldat de toutes les bontés

A vous voir la douleur tremble fuit et s'étonne

Voyez votre départ attriste cet automne

Et l'hiver viendra quand vous nous aurez quittés

°

La guerre continue au rythme monotone

Des grands canons jetant leurs tragiques clartés

Mais quand vous serez loin quelquefois écoutez

Un chant plus doux que n'est la berceuse bretonne

°

Et plus doux que ne sont les chœurs napolitains

Les chants des barcarols glissant sur la lagune

Qu'un ronron d'avion volant au clair de lune

Que la voix de Memnon dans les tendres matins

APOLLINAIRE le guetteur mélancolique 1917

Publié dans Dessins | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.